Actualités

Samedi 13 juin : Fête de la Librairie indépendante (San Jordan)

 

Samedi 13 juin se tiendra la 21ème fête de la Librairie par les libraires indépendants : la Sant Jordi, journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

À cette occasion, venez nous retrouver à la Librairie L’embarcadère à Saint-Nazaire au 41 avenue de la République :

  • de 10h30 à 12h : Sophie Tran Van (notre fondatrice) animera un Atelier d’écriture pour les enfants de 8-10 ans qui seront invité·es à porter haut leur voix et leur imagination. Atelier gratuit sur inscription.
  • de 14h30 à 16h : vous pourrez assister à une conférence de presse sur la façon dont nous vivons la reprise post-confinement, au travers de 2 regards croisés de la chaîne du livre : la libraire proche des lecteurs et des lectrices et l’éditrice proche des auteurs et des autrices. Sophie vous parlera aussi de son métier d’éditrice et de notre catalogue Voce Verso.

 

Vous voulez en savoir plus sur la Fête De La Librairie Indépendante ?

Cette manifestation rassemble plus de 480 libraires indépendants en France en Belgique, au Luxembourg et en Suisse francophones, qui expriment leur créativité dans l’organisation d’événements littéraires tout au long de cette grande journée de mobilisation nationale.

La force de cette journée est de mettre en valeur ce que la librairie apporte d’irremplaçable à la vie du livre et plus particulièrement à la création, qu’elle se doit de déchiffrer, défricher et commercialiser… Cette journée a pour but d’encourager ce qu’il y a d’unique dans chaque librairie.

Comme chaque année, la Librairie L’embarcadère s’inscrit dans l’opération nationale de la Fête de la librairie indépendante et vous offre un livre spécialement édité pour l’occasion & une rose (dans la limite des stocks disponibles) : pour vous remercier de votre présence, de votre fidélité et du choix que vous faîtes de venir en librairie indépendante !

 

Voce Verso devient partenaire de l’association Uman Arts Company


Voce Verso est née d’un désir fort de faire entendre la voix de l’enfant, la voix des enfants.

« Pourquoi un porte-voix ? C’est plutôt pour les adultes. » Nous avons souvent été interpellées sur notre logo.

C’est pourtant notre devoir d’adulte de donner aux enfants les moyens de clamer leur joie, leurs espoirs, de faire vibrer leur créativité et leur imaginaire, de les aider à ce que l’écho de leurs craintes et de leurs peines résonnent dans notre monde d’adultes pour être ensuite apaisées.

Pour toutes ces raisons et bien plus encore, nous sommes fières de devenir partenaire de l’association Uman Arts Company.

Uman Arts Company est un rassemblement international d’artistes, de professionnels de santé, de praticiens du bien-être… de toutes les personnes qui se sentent concernées, désireuses d’agir avec le cœur et avec leurs talents (HEART ou ART) pour irriguer le monde avec des valeurs telles que : les droits humains, la solidarité, la non-violence, l’éducation citoyenne et la protection de l’Enfance, le respect absolu de la dignité de la vie.

Nous vous en dirons plus prochainement sur ce partenariat !

Pour en savoir plus : http://umanarts.company/uman-arts-company/

(Illustration extraite du livre Mon poisson et moi, de Celine Claire et Marie Bretin)

 

«Ce qui dépend de nous» : appel de l’édition indépendante à son public


«Ce qui dépend de nous» : appel de l'édition indépendante à son publicÀ l’heure du déconfinement, 121 maisons d’édition indépendantes (dont Voce Verso) ont décidé de se regrouper pour lancer un appel au grand public pour inciter à une «consommation responsable» du livre.

Voici le contenu de cet appel :

« Ensemble, nous vivons une épreuve inédite sur le triple front sanitaire, économique et culturel. Le monde du livre semble déserté : librairies fermées, salons annulés, parutions suspendues, auteurs laissés sans ressources. Passé le premier choc, la réouverture des librairies se prépare et avec elle une reprise. Et si on parlait de l’essentiel ?

Des déséquilibres au cœur du système

Depuis des années, la vitalité de l’édition française a pris le visage d’une surabondance heureuse et insouciante, matérialisée par une offre pléthorique prétendument désirée et sans cesse renouvelée. Hélas, la situation cache une tout autre réalité : une surproduction, néfaste pour l’environnement et qui inonde les librairies, noie une production éditoriale de qualité, plus audacieuse mais moins visible, écourte toujours plus la vie des livres, intensifie les retours et le pilonnage des ouvrages non vendus, et accentue finalement la précarité des artistes.

Cette surproduction profite aux grands groupes d’édition et de distribution quand son coût pèse injustement sur les maisons d’édition indépendantes que la crise actuelle écrase un peu plus encore, faute pour elles de disposer de réserves en trésorerie. À titre d’exemple, rappelons ici que le premier groupe éditorial français a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros en 2019, et qu’il publie en quelques jours l’équivalent d’une année de création d’une maison d’édition indépendante de petite ou moyenne taille.

À l’heure du déconfinement, rien n’aura changé. Les innombrables « nouveaux » titres des grands groupes entreront en librairie à cadence forcée. Une fois de plus, les livres des maisons d’édition indépendantes, moins nombreux parce que résultant d’une production raisonnée, seront moins visibles, donc moins vendus et bientôt retournés en masse à des maisons financièrement très ébranlées.

Dans les mois qui viennent, malgré les mesures d’urgence proposées par la puissance publique, l’édition indépendante payera un lourd tribut à la crise si rien d’autre n’est fait. Le paysage de l’édition française s’en trouvera arasé, appauvri. La création perdra un bastion, la diversité un éminent représentant, la librairie indépendante un supplément d’âme, les bibliothèques et événements littéraires un terreau fertile, les lecteur·rices mille occasions de découverte, de réflexion et de bonheur.

S’engager pour la diversité éditoriale

Nous, maisons d’édition indépendantes de livres pour la jeunesse et pour les adultes, refusons cette sombre fatalité et aspirons à faire de ce moment de fragilité une force favorable à l’établissement de bonnes pratiques au service du livre, de la culture et plus largement de la société. Il est plus que temps de comprendre que, dans le commerce du livre aussi, les bons gestes existent, qu’ils sont à pérenniser et à généraliser faute de quoi la vitalité et la diversité du monde du livre déclineront. Lecteur·trices, après la levée du confinement, revenez en librairie et laissez les libraires vous faire entendre le choix de la différence, de la création, de l’audace, l’exigence d’un travail de qualité avec les auteurs, la détermination à faire vivre longtemps les livres et à développer des lignes éditoriales lisibles et cohérentes. Lecteur·trices, au moment de votre choix, ne sous-estimez pas la portée de votre engagement. À nos ami·es libraires, nous disons que nos sorts sont liés et qu’une certaine idée de l’essentiel en dépend.

Ensemble, par milliers, par millions, contribuons à une reprise réfléchie, saine, juste et durable. Faisons du choix d’un livre l’occasion d’un enrichissement collectif. Cela dépend de nous. »


Ce texte souligne les déséquilibres au cœur du système de l’édition française et vous invite à vous engager pour la diversité éditoriale.

Retrouvez le texte complet sur Médiapart en cliquant ici.


>>> Si vous souhaitez nous rejoindre ou exprimer votre soutien,vous pouvez envoyer un mail à : appeledition2020@gmail.com.  

Cet appel a pu voir le jour grâce à l’initiative de : Valérie Cussaguet (LES FOURMIS ROUGES), Laurence Faron (TALENTS HAUTS), Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh (HONGFEI), Christine Morault (MEMO) et Jean Poderos (EDITIONS COURTES ET LONGUES). Merci à eux !

 

«Ce qui dépend de nous» : appel de l'édition indépendante à son public

«Ce qui dépend de nous» : appel de l'édition indépendante à son public

«Ce qui dépend de nous» : appel de l'édition indépendante à son public

«Ce qui dépend de nous» : appel de l'édition indépendante à son public